Randonnée à dos d’âne : des vacances nature et insolites


Animal en voie de disparition depuis les années 60, l'âne revient sur le devant de la scène. Aujourd'hui, les professionnels de la randonnée sont nombreux à proposer d'originales virées avec ces équidés. 

 

Les randonnées accompagnées des ânes prônent un tourisme responsable et respectueux de l'environnement, au plus proche de la nature. Ce type de randonnée forge le respect d'une faune et d'une flore locales et implique ainsi le partage de valeurs éthiques et solidaires.


Aujourd'hui, le nombre d'âniers ne cessent d'augmenter et les incroyables qualités de ces équidés ne sont plus à prouver.

Les ânes ont la réputation d'être têtus et nonchalants. Pourquoi les choisir comme compagnon de voyage ?


Les ânes sont avant tout de super compagnons de route ! Ils possèdent une forme de pieds pouvant écheler les sentiers les plus escarpés et surtout, qui leur permettent de porter les bagages de 2 à 4 randonneurs (jusqu’à 50 kg de charge) en fonction des terrains et des dénivelés. C’est l’assurance d’une randonnée réussie, puisque les enfants fatigués ne traînent plus les pieds et peuvent même être portés à dos d'âne.


En égayant le quotidien du randonneur, l'âne devient le moteur de la marche et véhicule auprès des enfants une image positive. L’âne est également un animal très convivial et attachant, les gens qui en ont la responsabilité durant la randonnée (brossage, nourrissage...) s'y attachent très vite. Enfin, contrairement aux a priori, l’âne n’est pas si têtu qu'il n'y paraît. Simplement, il sait ce qu’il veut, ce qu’il ne veut pas et n’aime pas faire des choses qu’il ne comprend pas. Il faut toujours être doux mais ferme avec eux. Sachez que tout se négocie avec les animaux, mais bien dressés, ce qui est normalement le cas chez les loueurs d’ânes, ils vous suivent sans souci avec tous les conseils et petits trucs que vous donnent les âniers avant le départ des randonnées. 


Les randonnées que vous proposez sont au plus proches de la nature. Comment sensibiliser les gens au respect de l'environnement ?


On rappelle aux randonneurs qu'il ne faut pas jeter de déchets, ne pas cueillir de fleurs ou de plantes... mais d'une manière générale, notre clientèle possède déjà un état d'esprit responsable et respecte les paysages et les populations locales, le milieu agricole qu'elle parcourt...


Faire une rando avec un âne, c'est avant tout prendre plaisir à voyager lentement, sans transports coûteux et polluants pour apprécier des paysages inaccessibles pour la plupart avec des véhicules motorisés. L'âne adopte un rythme qui permet de s'imprégner de la beauté des paysages et qui permet surtout d'aller à la rencontre des habitants des campagnes ou des montagnes. C'est également le respect de la faune, de l’âne qu'on apprend à connaître et à respecter mais aussi des espèces sauvages que l’on peut rencontrer.


Vous accueillez des néophytes comme des habitués. Comment se passe une randonnée-type ?


Les randonneurs arrivent généralement la veille du départ et prennent leurs quartiers dans notre gîte. Le lendemain, à partir de 8h30, nous consacrons un moment pour chaque groupe de randonneurs afin de leur expliquer le fonctionnement de la rando, ce qu'il faut savoir sur l’âne, le bâtage (pour le portage des bagages), comment nourrir, étriller, brosser, curer et abreuver l’animal et bien sûr, nous leur fournissons une carte ainsi que l’itinéraire du voyage. 


Nous prenons le temps nécessaire pour donner aux randonneurs toutes les explications pour faire un trekking en toute tranquillité. Nos randonnées peuvent se dérouler de gîte en gîte, avec, chaque soir la promesse d'une bonne table et d'un toit, ou en bivouac avec toujours un point d’eau pour abreuver randonneurs et ânes. Tout est prévu dans les gîtes pour la nourriture et l’eau des bêtes, il n’y a donc pas de grosses contraintes. 


Vos randonnées sont-elles destinées à un certain type de voyageurs ?


Elles sont ouvertes à tous, familles, en couple, retraités ou seul, des enfants aux moins jeunes... Tout le monde est le bienvenu. Un guide peut aussi accompagner un groupe s'il le souhaite. Tous ceux qui se sont essayés à ces randonnées avec des ânes regorgent de drôles d'anecdotes et de péripéties inoubliables. 


Il faut malgré tout aimer marcher, le contact des animaux, ainsi que l'aventure. Le kilométrage des étapes varie entre 8 à 17 km par jour sur des itinéraires très divers qui peuvent convenir à tous niveaux de randonneurs. Ces chemins mythiques, prestigieux ou historiques, qui relient plusieurs régions de France et parfois d'Europe permettent de découvrir les paysages français sous un nouvel angle, dans une aventure unique et inoubliable. 


l'âne un compagnon idéal pour la randonnée


Conseil pour randonner avec un âne

LA MARCHE :

Afin de maintenir la régularité d’un parcours, quelques conseils et quelques bonnes habitudes s’imposent :

1) Tout au long du parcours vous tiendrez l’âne en longe, pour éviter de vous faire marcher sur les pieds, tenez la longe de la main droite et tenez le licol avec votre main gauche à hauteur de la muserolle, vous maintiendrez l’âne à une longueur de bras, l’âne à toujours tendance à se rapprocher de vous, après un certain temps la position idéale viendra naturellement et vous pourrez lâcher la muserolle.

2) Chaque touffe d’herbe peut être une tentation pour cadichon, le randonneur doit être ferme, on ne broute pas quand on randonne, par contre une pause de 30mn, toutes les deux heures, à l’ombre et dans un endroit bien herbu sera l’idéal pour votre bourricot et pour vous reposer les gambettes.

3) Rappel : (UN ÂNE SE POUSSE, IL NE SE TIRE JAMAIS), si votre animal est récalcitrant, placer un marcheur devant, les autres derrière, il suffira d’agiter une petite branche et tout rentrera dans l’ordre, pas de coups, bien souvent la voix suffit.

4) Si l’âne vous échappe, laisser faire, il n’ira pas loin, c’est un jeu test de sa part auquel il ne faut pas se laisser prendre, car vous pourriez courir longtemps et il court plus vite que vous.

Surtout : EVITER DE CRIER  ! Continuer à marcher normalement et parler lui simplement en lui proposant une friandise qu’il connaît bien Pain, Pomme, Sucre. Si cela ne suffisait pas contourner le pour lui bloquer la route, en mettant simplement vos bras en croix sans les agiter.

5) Si l’animal se refuse à traverser un ruisseau ou un pont ou bloque devant une plaque métallique , il y a trois solutions :

Primo : on peut essayer de lui mettre un vêtement sur la tête et faire une tentative, mais ce n’est pas gagné.

Deusio : La technique consiste à prendre la corde de 5 mètres, à l’attacher au licol, à la faire passer autour des fesses en la tenant d’une main, il suffira ensuite de tirer alternativement d’un coté puis de l’autre et votre âne avancera.

Tierso : Si les deux premières méthodes ne marchent pas, il faut trouver un autre chemin.

6) Ne criez jamais, restez calme et patient. Responsable de la randonnée, vous êtes le chef, mais surtout pas le despote : un âne « n’obéit » jamais, il doit comprendre d’abord, un âne n’est pas têtu, il réfléchi longtemps. Fort de cette philosophie les grands espaces vous sont promis.

BÂTER UN ÂNE

 

1) Approchez toujours l’animal de face, parlez lui doucement et surtout ne le surprenez jamais avec des gestes brusques et des cris.

2) Préparation de l âne : Etrillez et brossez le en insistant particulièrement aux endroits ou repose le bât et au passage des sangles (du bon entretien de l’animal dépendra la réussite de votre randonnée).

3) Placer le tapis sur le dos en vérifiant qu’il n’y a pas d’épine ni de pli, ensuite poser le bât appuyé au creux de l’épaule en arrière du garrot. Le bât tient uniquement grâce à la sangle qui passe sous le ventre (La sous ventrière).Il est important de bien positionner la sous ventrière sur le sternum et non sur les cotes ou le milieu du ventre, cela empêcherait l’animal de respirer librement.

4) L’âne est malin, il gonfle son ventre lorsque vous positionnez la sous ventrière, laissez le s’habituer au bât et resserrez fermement une dernière fois. Les autres sangles (Avaloir et Bricole) sont préréglées, elles servent uniquement à empêcher le bât de glisser vers l’avant ou vers l’arrière en descente ou en montée.

LE CHARGEMENT  :

1) Il est essentiel de bien équilibrer le chargement, il est très important que les sacoches aient le même poids ! ! !

2) Pensez à votre âne, les objets durs et pointus ne doivent pas être contre les flans.

3) Respectez le centre de gravité du chargement : les objets lourds au fond des sacoches et les plus légers dessus.

4) Pour une bonne randonnée il est conseillé de ne pas charger votre brouette à quatre pattes au delà de 40 kgs. (Si vous avez un grand âne, vous pouvez mettre 20 kg de plus). Mais vous connaissez le dicton, qui veut voyager loin ménage sa monture !

Roland Garin

http://www.ane-et-rando.com/

faites connaître ce site à vos amis